CDN

Hébergements, Voyage, Loisirs

Catégorie : Divers (page 1 of 2)

5 conseils pour un showroom réussi

1. Se faire connaître

La première chose à ne pas négliger est la promotion de l’événement. Nous insistons sur ce point car sans cette étape, les autres ne fonctionneront guère. Envoyez des invitations personnalisées bien à l’avance et, surtout, publiez-la également sur les réseaux sociaux afin que davantage de personnes puissent l’apprendre.

Demandez votre showroom sur mesure avec Capsule Concept sur leur site.

2. Sociabiliser

Nous vous conseillons également de conserver les coordonnées des participants (téléphone, email, etc.) afin de pouvoir donner suite à leurs avis. Cela vous aidera à savoir ce qu’ils ont le plus apprécié et à essayer de conclure des ventes. Si vous organisez fréquemment d’autres salles d’exposition, notez les critiques afin de pouvoir les améliorer et les actualiser en fonction des goûts des consommateurs.

3. Personnalisez votre emballage

Bien sûr, lorsque la visite se termine par un achat, le produit devra être emporté dans l’emballage approprié.

4. Le meilleur hôte

Il y a alors des gestes et des attentions minimes, comme la température du lieu. Il est essentiel qu’elle soit bien acclimatée pour que le public se sente à l’aise. Enfin, si vous proposez des collations, veillez à ce qu’il y ait suffisamment d’alternatives pour les personnes souffrant d’allergies ou d’intolérances courantes, comme le lactose ou le gluten.

5. Offrez quelque chose d’inattendu en guise de cadeau

Un conseil supplémentaire : offrez un cadeau à vos clients ! Avez-vous déjà pensé à utiliser le papier cadeau comme un cadeau ? Nous renvoyons au point trois. L’emballage est la première chose qui attire l’attention. Si nous faisons une bonne impression, nous serons en mesure de marquer la mémoire de l’individu de manière émotionnelle. Une valise personnalisée avec votre marque est un cadeau très reconnaissant, car elle est pratique et réutilisable.

Comment promouvoir un showroom ou une salle d’exposition ?

Si vous souhaitez faire connaître la salle d’exposition que vous avez organisée, vous devez tenir compte de l’objectif principal. Car, si vous n’avez pas d’objectif clair, les résultats que vous souhaitez obtenir ne le seront pas non plus. Par conséquent, vous devez vous poser les questions suivantes : qui voulez-vous amener dans votre salle de vente, voulez-vous de nouveaux clients ou seulement les habituels, voulez-vous offrir aux habituels quelque chose de spécial ou aux habituels. Vous devez étudier vos objectifs afin d’établir des stratégies claires qui auront des résultats positifs. 

Dans tous les cas, nous pensons que vous devez fidéliser vos clients et atteindre de nouveaux clients potentiels. Avez-vous une idée précise de votre consommateur ou cible idéale ? Il faut qu’il soit bien défini et étudié, afin que l’ensemble du plan de communication soit axé sur lui. 

En parlant de réseaux sociaux, il est inutile de promouvoir votre salle d’exposition sur Facebook lorsque la clientèle se déplace davantage sur Instagram ou Twitter. Par conséquent, comme nous l’avons mentionné précédemment, la chose la plus importante à faire avant d’organiser un événement est d’analyser les individus afin de recueillir des données et de les étudier attentivement. Cela vous aidera à établir une meilleure stratégie.

Le marketing par e-mail est un autre moyen de faire connaître votre événement. Cependant, vous devez disposer d’une base de données contenant les adresses électroniques de vos clients réels ou potentiels afin de pouvoir leur envoyer un e-mail de notification.

Vous pouvez aussi utiliser votre événement comme une excuse pour agrandir la base de données de vos clients potentiels en leur offrant une réduction ou un avantage lorsqu’ils laissent leur adresse e-mail. Vous pouvez, par exemple, distribuer un sac à surprises personnalisé en guise de récompense.

Sur le thème entreprise : Comment faire passer un entretien d’embauche ?

En d’autres termes, quel que soit notre canal de promotion, il est idéal de créer une page de renvoi où nous indiquerons les détails de la salle de vente et où nous mesurerons l’efficacité de nos actions, pour promouvoir l’événement.

Zoom sur les tarifs du Parking Aéroport Nantes

Il est très facile de garer à l’aéroport de Nantes grâce aux offres de la société de parking low coast. Elle applique des tarifs variés afin de répondre à tous les besoins des personnes qui sont obligées de laisser leurs véhicules dans leur ville à l’occasion de leurs voyages.

Tarif d’un parking extérieur à l’aéroport de Nantes

Lorsque vous arrivez en voiture à l’aéroport de Nantes, vous pouvez garer dans un parking extérieur, c’est-à-dire dans un espace qui n’est pas couvert. Certaines entreprises appliquent un prix de stationnement à s’acquitter au jour le jour, ce qui revient plus cher. En général, elles proposent en moyenne 10 euros par jour pour garer. Mais avec une offre discount de Parking Aéroport Nante, des formules avantageuses sont élaborées et permettent de payer de petits tarifs.

Par exemple pour stationner pendant une période de 7 jours, on peut payer moins de 50 euros, là où d’autres appliquent un tarif de 70 euros. Et si la durée de stationnement dépasse la semaine, l’entreprise de parking fait payer seulement 5 euros par jour supplémentaire.

Coût du stationnement dans un parking intérieur

À l’aéroport de Nantes, vous pouvez garer dans un parking intérieur. Il s’agit d’un espace couvert où vous avez la certitude de retrouver votre véhicule comme vous l’avez laissé. Le prix parking aéroport de nantes est plus élevé, pour ce genre, d’espace que celui d’un parking extérieur.

Toutefois chez une entreprise dont la politique est d’appliquer des tarifs bas, la différence entre les deux types de parking n’est pas importante. Par exemple, le prix de parking pour une période de stationnement de 6 jours dans un parking intérieur est moins de 65 euros, ce qui est très avantageux en comparaison avec les offres des autres sociétés.

Parking Lot Parking Space Parking Cars Parking Area

Des tarifs plus bas pour profiter de prestations annexes

Lorsque vous souhaitez profiter des prestations annexes de votre entreprise de parking moins chère, vous avez droit à un forfait très économique du genre « tout en un ». Avec un petit tarif, vous bénéficiez d’une place de parking et de plusieurs actions d’entretien de votre véhicule comme un lavage de l’extérieur et un dépoussiérage des éléments intérieurs. Il est même possible de payer moins cher pour garer dans un parking et bénéficier ensuite d’un entretien de toute la mécanique de la voiture.

Comment bien faire passer un entretien d’embauche ?

Mener des entretiens d’embauche est l’étape principale d’un processus de recrutement. Vous pourrez évaluer chacun des candidats pour déterminer lequel correspond le plus au profil que vous recherchez. Dans cet article nous vous donnons tous nos conseils pour que vous puissiez vous préparer pour structurer au mieux vos futurs entretiens d’embauche.

1- Avant l’entretien d’embauche

Construire une trame générale.

Chaque partie de l’entretien devra être formalisée pour que vous ayez une ligne conductrice durant l’entretien. Sans cela vous oublierez des éléments et vous n’aurez pas un avis complet sur chaque candidat. Les points suivants que nous allons aborder vous aideront à construire votre trame.

Faire une analyse préalable de chaque candidat.

Avant votre entretien vous aurez déjà fait une présélection grâce aux CV et aux lettres de motivation reçues. Pour chacun des candidats conviés à l’entretien vous devrez analyser leur parcours pour avoir des précisions sur leur réelles compétences et leur motivation.

Choisir le lieu de l’entretien.

Vous devez trouver une salle isolée dans laquelle vous pourrez échanger avec le candidat sans être dérangé. Pour faire passer un entretien dans les meilleures conditions, il peut être nécessaire de louer des bureaux dans lesquels vous trouverez le calme attendu.

Si vous êtes intéressé par la location de bureaux de passage : cliquez-ici

2- L’accroche

Vous avez bien préparé tous les entretiens que vous allez mener; vous devez maintenant commencer l’entretien avec une bonne accroche. Cette première accroche doit mettre le candidat à l’aise pour qu’il passe un meilleur entretien. Certains recruteurs pourront aussi essayer de déstabiliser le candidat dès l’accroche pour voir comment il se comporte sous pression, cette approche pourra être très intéressante pour un poste ou l’employé sera régulièrement en contact avec de gros clients ou fournisseurs.

3- Apprendre à connaître le candidat

Vous pouvez décider de laisser le candidat se présenter avant de présenter le poste et l’entreprise mais il est aussi possible de parler de l’entreprise en premier pour mettre le candidat plus à l’aise. Dans un premier temps vous allez laisser le candidat se présenter. Une fois sa présentation terminée vous pourrez questionner certains points de son parcours professionnel ou de sa formation. Une fois ces points mis au clair vous pourrez le questionner sur :

  • Ses forces et faiblesses personnelles
  • Comment se sont passées ses précédentes expériences professionnelles (expliquer une démission ou pourquoi il ne travaillait pas)
  •  Ses ambitions et ses projets 

4- Présenter l’entreprise et le poste

Ce sera votre tour de présenter au mieux votre entreprise pour motiver le candidat à vouloir travailler avec vous. Vous pourrez dire tout ce que vous attendez et le profil que vous recherchez pour occuper le poste.

5- Laisser le candidat montrer ses compétences pourquoi il est fait pour ce poste

Il ne vous reste plus qu’à savoir si le candidat possède les compétences pour occuper le poste. Ce sera le bon moment pour faire faire un petit exercice ou poser des questions spécifiques au poste qu’il devra occuper. Vous pourrez alors déterminer s’ il a les compétences pour occuper le poste ou non. 

6- Conclure l’entretien

Avant de terminer l’entretien vous pourrez demander au candidat une dernière fois pourquoi il devrait occuper le poste et s’ il est toujours motivé après avoir passé cet entretien. Vous pourrez ensuite remercier le candidat de s’être déplacé et faire un point sur l’entretien.

7- La sélection du bon candidat après les entretiens de recrutement

A l’aide des notes que vous aurez pris pendant toute la durée de l’entretien vous pourrez faire votre choix en prenant en compte quel candidat est le plus compétent, le plus motivé et saura rapidement s’intégrer dans l’entreprise. Si vous n’arrivez pas à choisir entre plusieurs candidats, vous pourrez proposer un nouvel entretien plus approfondi pour vous aider à trancher.

Vous pouvez aussi lire cet article :  4 conseils pour vendre son bien en Île de France

L’Éthiopie, un café africain d’exception

Aujourd’hui, le café est devenu un indispensable dans l’alimentation des Français. En effet, cette boisson est la deuxième boisson la plus consommée au monde juste après l’eau.

L’Afrique Subsaharienne est une zone productrice de café, l’Éthiopie en fait partie et a su se faire une place au milieu des pays d’Amérique Latine. 5ème pays producteur au monde après le Brésil, le Vietnam, la Colombie et l’Indonésie. Reconnu comme le premier exportateur africain, le pays produit en moyenne 7 millions de sacs de 60kg de café. 

L’histoire du café est née dans ce pays, ainsi il est qualifié comme le berceau du café Arabica et possède une réputation importante dans le monde entier. Ainsi, l’Éthiopie est connue de tous pour son café ayant une acidité “sauvage” qui convient aux amateurs de café. 

Dans cet article, vous retrouverez un zoom sur l’histoire du café en Éthiopie mais surtout ses particularités et comment se passent les caféicultures.

Histoire du café en Éthiopie

Comme vous devez le savoir, le café a pris ses racines en Éthiopie. Selon une légende, un berger aurait découvert les vertus du café après que l’une de ses chèvres ait mangé des cerises de caféier. Par la suite, le café s’est développé au sein des monastères avec la supervision des moines qui voulaient consommer du café pour rester éveillés pendant les offices.

L’Éthiopie garde pendant un long moment le monopole du marché mais la création du port de Mocha au Yémen permit d’exporter les grains de café dans le reste du monde.

Zones de production du café éthiopien

L’éthiopie se divise en 4 zones de production de café, mais deux d’entre elles sont particulièrement populaires et connues aux yeux de tous. 

Région de Sidamo

La région de Sidamo se situe dans le Sud du pays et doit son nom à un groupe ethnique vivant dans cette zone géographique et se nommant les Sidamas. Tellement la région est connue et reconnue, qu’elle produit 14% de la production du pays et offre des cafés d’exception comme le Moka Sidamo ou encore le Moka Yrgacheffe.

Région de Kaffa

La région de Kaffa se situe également dans le Sud-Ouest de l’Éthiopie et elle se compose en deux zones de production : Limu qui produit des cafés lavés et Jimma qui produit des cafés natures.

Concernant sa production nationale, elle gère 27% de la production totale de l’Éthiopie. Son café le plus réputé reste sans aucun doute le Moka Jimma qui offre des arômes d’agrumes et de fruits jaunes. 

Région de Harrar

Cette région se situe dans la partie orientale du pays et offre une altitude de plus de 1885 mètres. Ces conditions climatiques donnent des cafés d’exception qui sont naturellement séchés au soleil. 

Finalement la région produit 19% de la production nationale et produit le café Moka Harrar qui a des notes de sous-bois et de fruits mûrs. 

Pour plus de renseignements sur le café éthiopien et plus précisément le café Moka Harrar, cliquez ici

Région de Wallaga

Pour la quatrième région, Wallaga produit 40% de la production éthiopienne et se compose de cafés lavés et natures. Sa principale caractéristique est que les cultures se trouvent à 2400 mètres d’altitude et poussent sous l’ombre des arbres. Les cafés de cette région sont particulièrement réputés comme le Moka Gidaamii.

À lire aussi : Pourquoi le café colombien est-il célèbre ?

La création d’un logiciel

L’informatique est de plus en plus pointue. Ses champs d’application s’élargissent et touchent pratiquement tous les aspects de la vie. Elle est loin l’époque où l’informatique était réservée au domaine professionnel. Aujourd’hui, les ingénieurs aussi bien que les enfants utilisent un ordinateur tous les jours. Les hommes d’affaires comme les étudiants, les savants comme les demandeurs d’emploi, etc., tout le monde a besoin d’un pc. Tous ceux qui font usage de l’informatique ont forcément besoin de logiciel qui définit les tâches que peut effectuer un ordinateur et détermine la manière dont celui-ci doit fonctionner.

Au cœur de la création d’un logiciel

Un logiciel peut être un système standard, applicatif, libre ou spécifique. Tout dépend de la façon dont il interagit avec les appareils en fonction des droits sur le code source des programmes et de la stratégie commerciale mise en œuvre. Mais qu’est-ce qui motive la création d’un logiciel ? Ce peut être un client qui en fait une demande spécifique, et qui précise l’utilisation qu’il prévoit et les objectifs qu’il veut atteindre en utilisant ce logiciel. Mais un logiciel peut également être créé sur l’initiative personnelle d’un producteur, dans un domaine précis. Dans ce cas, il peut le mettre sur le marché de manière tout à fait gratuite, à la disposition du public. Son but est de tester son logiciel auprès du public. Si le logiciel reçoit l’accueil espéré par le producteur, il peut le développer pour une version commerciale, professionnelle ou autre.

La production de logiciel à travers le monde

Vers les années 1980, les États-Unis étaient les plus grands producteurs et consommateurs de logiciels au monde. Avec le temps, d’autres pays leur ont emboîté le pas et sont devenus aussi de gros producteurs et consommateurs de logiciels. Malheureusement, comme il fallait s’y attendre, la production de logiciels illégaux s’est multipliée aux quatre coins du monde. L’illégalité, côté distribution, augmente, en parallèle, la valeur de ces produits illégalement distribués est bien souvent plus élevée que les chiffres d’affaires des producteurs eux-mêmes. Parallèlement, des logiciels libres de droits sont créés. Ils sont le fruit d’une coopération entre auteurs et utilisateurs. Ils intéressent un public plus large.

Un logiciel fonctionne avec un matériel complet

Certains logiciels sont payants et d’autres sont gratuits, d’autres sont commercialisés en détail, parfois déjà incorporés dans un ordinateur vendu dans les magasins dédiés. Il y en a qui peuvent être téléchargé en libre-service. Et au sein d’une entreprise, certains logiciels sont automatiquement distribués aux employés. Mais la plupart des logiciels appartiennent toujours à leur producteur même s’ils ont déjà été distribués. Cependant, pour qu’un logiciel s’acquitte de ses tâches, il faut qu’il y ait un ordinateur en état de marche, notamment un clavier par lequel les ordres sont envoyés.

Comment installer un logiciel ?

Si vous n’avez pas encore à votre disposition le logiciel à installer, il faut commencer par le télécharger sur Internet. Si vous l’avez déjà, par exemple sur un support comme une clé USB, vous pouvez tout de suite lancer le téléchargement. Une clé USB est très pratique pour le stockage des logiciels. Ce petit dispositif peut en effet se glisser facilement dans votre poche. Et, lorsque vous avez besoin d’installer un logiciel sur d’autres ordinateurs, il suffit de le brancher sur ceux-ci pour effectuer l’installation. Sur ce site, vous trouvez les meilleures clés USB proposées sur le marché. Mais le logiciel à installer peut aussi être sur un CD ou un DVD. Pour l’installer, il suffit de lancer le programme « setup » ou « install ». Et, ensuite, tout se fait automatiquement. Vous pourriez juste être amené à choisir des options comme le répertoire de destination, la langue, etc.

4 étapes pour savoir ce que vous valez vraiment via votre salaire

L’estimation salariale ne dépend pas uniquement de vos capacités professionnelles, de vos heures de travails, mais également de l’entreprise. Seulement, il y a quand même de normes à respecter régissant le montant général de la valeur d’une personne en sa capacité par son salaire. Alors pour le vôtre, êtes-vous bien estimés ? Pour savoir si la réponse est oui ou non, nous allons vous guidez dans cet article.

1. Faites vos recherches

La valeur sur le marché de l’emploi est définie par une combinaison d’expérience, de compétences et de demande du marché – et pour obtenir ce que vous méritez, vous devez savoir quel prix vous pouvez mettre sur chacun de ces éléments. Commencez par utiliser un calculateur de salaire. Choisissez-en un qui tient compte de votre poste, de vos années d’expérience, de vos compétences et de votre lieu de travail. N’oubliez pas non plus que de nombreuses organisations professionnelles publient également des guides des salaires annuels détaillés pour des secteurs d’activité spécifiques, ce qui vous permet de connaître les taux en vigueur dans votre secteur. Si vous savez ce que quelqu’un dans votre rôle devrait gagner, vous saurez si vous êtes sous-estimé et vous aurez les faits à portée de main pour justifier pourquoi vous devriez gagner plus.

2. Soyez transparent

Il est important d’être franc à propos de vos objectifs pendant le processus d’embauche. Vous avez peut-être entendu le vieux conseil de ne pas mentionner un chiffre avant la toute fin – et certainement pas avant que l’entreprise ne donne son prix en premier. Mais je pense que ce conseil est dépassé. Si vous êtes honnête sur votre objectif salarial dès le départ, vous éviterez des négociations potentiellement difficiles et des déceptions en cours de route. Alors, faites vous aider par une plateforme en ligne https://www.salaire-brut-en-net.fr/  pour savoir le prix net.

Passer par un processus d’entretien approfondi prend du temps et vous prive de l’énergie nécessaire pour postuler à d’autres opportunités. Par conséquent, si les limites salariales d’une entreprise sont trop basses pour vous permettre de travailler, il est préférable de le savoir avant que l’une ou l’autre des parties n’ait investi beaucoup de temps.

En outre, la transparence s’étend au partage de l’état d’avancement de votre processus avec d’autres entreprises. Cela va peut-être à l’encontre de tout ce qu’on vous a appris, mais les temps ont changé et informer les entreprises des autres entretiens et offres encourage le responsable du recrutement à agir plus rapidement et à faire une offre plus attrayante.

3. Posez les bonnes questions

Pour obtenir la meilleure offre, vous avez besoin d’autant d’informations que possible. Il existe trois catégories de questions à poser. La première comprend les questions que vous poseriez dans n’importe quel rôle pour avoir une idée de la façon dont l’entreprise jugera vos performances et des possibilités supplémentaires qui existent.

  • Quelles sont les attentes pour ce poste ?
  • Quelle est la trajectoire de croissance pour ce poste ?
  • À quoi ressemble l’ensemble des avantages sociaux ?
  • S’agit-il d’une offre de base uniquement ?
  • Y aura-t-il une prime à l’embauche ?
  • À quelle fréquence les évaluations de performance ont-elles lieu et les augmentations de salaire dépendent-elles de ces évaluations ?

La deuxième catégorie de questions s’applique aux demandeurs d’emploi en pourparlers avec une startup, car vous voudrez explorer les offres d’actions. Cette autre forme de rémunération permet aux employés de devenir partiellement propriétaires de l’entreprise grâce à des options d’achat d’actions. Voici quelques questions de base à poser à votre employeur potentiel :

  • Combien d’options me seront offertes et combien d’actions sont actuellement en circulation ?
  • Quel est le prix d’exercice de mes options ?
  • Quel est le prix préférentiel que les investisseurs ont payé lors de la dernière ronde de financement ?
  • Quelle est la fourchette standard pour les actions de l’entreprise ? Existe-t-il une échelle mobile ?
  • Combien de temps ai-je pour exercer mes options sur actions si je quitte la société ? Un exercice anticipé est-il possible ?

La troisième catégorie est constituée de questions à vous poser. Vous voulez savoir clairement ce dont vous avez besoin pour pouvoir dire oui :

  • Combien de temps ai-je l’intention de rester dans l’entreprise si j’accepte l’offre ?
  • Quel est le niveau de risque que je suis prêt à assumer ?
  • Quelles sont les perspectives de sortie de l’entreprise ?
  • Quel est le ratio capitaux propres/salaire qui me convient ?

4. Négociez comme un pro

Vous voulez le poste, mais le salaire n’est pas tout à fait ce que vous aimeriez. Si vous avez plusieurs offres, envisagez de faire jouer l’effet de levier de l’une contre l’autre en faisant savoir à votre premier choix qu’il est votre premier choix. S’il n’y a pas d’autre offre, mais que l’emploi répond à vos autres besoins et offre des possibilités d’évolution, déterminez ce qui est le plus important pour vous avant de prendre le temps d’apprendre ce qu’ils peuvent faire d’autre. L’entreprise vous permettra-t-elle de travailler à domicile ? Le service des ressources humaines va-t-il améliorer vos avantages sociaux ? Offrira-t-il une prime à la signature ou ajoutera-t-il une semaine de vacances supplémentaire ? Explorez toutes les options avant de vous retirer.

Pourquoi le café colombien est-il célèbre ?

Le café colombien est célèbre dans le monde entier pour sa saveur et ses arômes inimitables, doux mais riches. Cela explique peut-être pourquoi ce café s’exporte depuis près de 200 ans et que, pendant la majeure partie de cette période, il a été le principal produit d’exportation. Les secrets de cette réussite sont nombreux, mais la géographie en est indéniablement un. Le café pousse le mieux dans les sols volcaniques, à des altitudes comprises entre 1 200 et 1 800 mètres, dans des endroits exempts de gel mais recevant environ 80 pouces de pluie par an. La Colombie remplit toutes ces conditions.

À la fin de cet article, rendez-vous sur Cafés Miguel pour acheter votre café colombien !

Régions de caféiculture

La zone caféière de la Colombie, ou eje cafetero, située au centre du pays, produit la majeure partie de ce café. Elle englobe les zones de culture du café de Caldas, Quindio, Risaralda et le nord de Valle. Mais la ceinture de café ne reçoit pas toute la gloire et la saveur de chaque grain varie en fonction de son origine. Antioquia, Cundinamarca, Boyaca et le nord de Tolima ont des conditions similaires au (paysage culturel du café) et récoltent également toute l’année. Le café cultivé dans nos zones plus chaudes, plus au nord et à plus basse altitude – comme la Sierra Nevada de Santa Marta, les montagnes de Perija, Casanare, Santander et le nord de Santander – a une acidité plus faible et un corps plus plein. En revanche, les grains des régions plus méridionales de Narino, Cauca, Huila et du sud de Tolima poussent à des altitudes plus élevées, plus proches de l’équateur, ce qui leur confère une acidité plus élevée et une douceur très recherchée. En fait, il y a en Colombie un grain de café pour tous les goûts.

La meilleure façon de comprendre les saveurs est de le déguster par vous-même. Il existe 22 régions de culture du café en Colombie, qui sont divisées en trois groupes principaux :

  • Nord : notes de chocolat et de noix. Moins d’acidité, plus de corps.
  • Centre :  Arômes floraux et fruités.
  • Sud : notes plus prononcées d’acidité et d’agrumes.

Ces trois profils de saveurs distincts, et le fait que la Colombie a deux récoltes annuelles, en font un pays d’origine très unique qu’il est difficile de cerner avec une seule saveur. La variété fait partie de la façon dont vous définissez le goût.

Café en grain de Colombie

Les espèces de caféiers les plus importantes au monde sont le cofea arabica (arabica) et le cofea canephora (robusta) et tout le monde sait que l’arabica est connu pour être particulièrement riche en saveur. Le café colombien est 100% arabica.

À lire aussi : Les cafés Mokas d’Éthiopie

La récolte change également la donne. Dans les régions montagneuses de Colombie, la norme est de « cueillir les cerises », c’est-à-dire de ne sélectionner que les cerises mûres. Les cueilleurs examinent un arbre tous les 10 jours environ et un bon cueilleur peut récolter jusqu’à 90 kilos de cerises rouges mûres par jour de cette manière, soit environ 18 kilos de grains de café. 

4 conseils pour vendre son bien en Île de France

Vous souhaitez vendre votre bien en Île-de-France mais vous ne savez pas comment faire ? Vous souhaitez provoquer le coup de cœur à vos visiteurs ? Découvrez nos 4 conseils pour vendre votre bien immobilier en Région Parisienne !

Continue reading

Zoom sur la mutuelle optique

Avez-vous besoin de lunettes de vue ou de lentilles ? La prise en charge de la sécurité sociale pour votre équipement optique est faible. Ensuite, la complémentaire joue un rôle clé et contribue à réduire votre reste à charge. Suivez le guide pour être bien remboursé.

Continue reading

Est-il possible de reconnaitre l’homme de sa vie dès la première rencontre ?

Le coup de foudre, vous connaissez ? Il est rare que les sentiments soient réciproques dès le premier regard, mais quand c’est le cas, on vit comme dans un rêve. Mais alors, comment reconnaitre l’homme de sa vie dès la première rencontre ?

Continue reading
« Older posts

© 2022 CDN